Mon compte | S'identifier
| Mot de passe oublié ?
http://www.intersport.fr/resources/magasins/resultats.html?region=71&enseigne=
Vie étudiante 71
www.vie-etudiante71.com
La vie étudiante en Saône et Loire
Simple et rapide :
Pré-inscris toi en ligne
Je m'inscris !
Vous êtes ici :

Paroles d'étudiants : Loriane Coucaud



LA PAROLE AUX ETUDIANTS DU CREUSOT : Loriane Coucaud

Retrouvez, chaque lundi sur « creusot-infos », un portrait d'étudiante ou d'étudiant. Ce lundi, c'est Loriane Coucaud, en formation à l'IFSI.


Du Creusot, c'est logiquement que Loriane Coucaud, qui avait obtenu son bac S avec mention Assez Bien au lycée Lavoisier il y a une dizaine d'années, avait opté pour l'Institut de formation en soins infirmiers le plus proche. Après un an d'étude de médecine sans succès à Lyon, elle était en effet revenue sur le territoire puisqu'elle avait intégré la formation d'aide-soignante - n'étant pas proposée au Creusot - à l'IFSI de Montceau.
Aujourd'hui, après six ans d'activité professionnelle à l'EHPAD de Montcenis, la jeune femme de 28 ans a intégré une formation professionnelle à l'IFSI Creusot Montceau et est en deuxième année. « J'ai toujours eu cette idée de parcours en tête. Commencer par le bas en quelque sorte et progresser dans les métiers du domaine », explique-t-elle.
Ce qu'elle pense de l'institut : « On a de bons formateurs, vraiment biens dans chacune des spécificités. Ils nous laissent en plus participer à des manifestations, comme la Symphonie des Soupes ».
Loriane Coucaud apprécie plus largement le Campus Sud Bourgogne : « Bien que l'IFSI en soit éloigné, ce n'est pas gênant. Il nous arrive d'avoir des cours à Condorcet et on en profite pour aller par exemple à la bibliothèque universitaire ». Un campus qui pour elle est évidemment plus petit que ceux de Lyon et Dijon mais « qui se développe » et est plus que raisonnable pour Le Creusot.

Propriétaire d'une maison, elle trouve la ville quand même vivante. « Dans l'ensemble, on trouve pas mal de choses ici », dit-elle. Un ensemble dans lequel il faudrait « garder l'hôpital. Car on perdrait tous les stages à proximité de nos écoles », a-t-elle rajouté comme seul point incertain de son cursus sur le territoire communautaire.



liens partenaires